Les derniers articles à découvrir

Catégories

frais de port
La coupe menstruelle,  on vous dit tout avant d'y être accroc

La coupe menstruelle, on vous dit tout avant d'y être accroc

Il y avait les serviettes hygiéniques et les tampons. Les classiques et les bio.

Depuis quelques années il existe une alternative en matière de protections en période de règles : les coupes menstruelles. La « cup » pour les habituées.

Elles séduisent de plus en plus d’adeptes qui jurent ne plus pouvoir revenir aux anciennes protections et l’on retrouve sur Internet une grosse communauté d’utilisatrices échangeant expérience et conseils sur les forums et les réseaux sociaux.

Mais certaines ont encore du mal à franchir le cap en mettant en avant plusieurs craintes : peur d’avoir mal, peur de repeindre les toilettes à chaque fois qu'on la vide, difficiles à mettre, peu hygiéniques, gênantes pendant certaines activités, les coupes menstruelles ?

Témoignages de celles qui ne peuvent plus s’en passer.

cup

On a beau en parler, rien ne vaut l'avis des femmes qui l'ont testée et adoptée "pour toujours" : 

« Avant je me levais la nuit pour changer de protection » 

 L’un des avantages le plus fréquemment rapporté est la durée de protection par rapport aux tampons et aux serviettes  hygiéniques.

En général il est conseillé de vider la coupe menstruelle au maximum toutes les 12h, même en cas de  flux légers pour éviter une stagnation du sang.

Pour retirer la coupe menstruelle, il suffit de tirer doucement sur la tige et de vider le contenu dans les toilettes et de la nettoyer  à l’eau avant de la replacer. 
« Avant j’étais obligée de me lever la  nuit pour changer de tampon, maintenant je dors comme un  bébé » nous dit Anne.
« Et puis ce que j’apprécie  avec une coupe menstruelle par rapport à une serviette hygiénique, et dans  une moindre mesure avec un  tampon, c’est l’absence d’odeur ».

« Le coût est peu onéreux et on la garde plusieurs années » 

  Une coupe menstruelle coûte environ une vingtaine d’euros. Sa durée de vie est de dix ans et elle est déjà rentabilisée au bout de six mois.

Le compte est vite fait lorsque l’on a ses règles en moyenne treize fois par an.

« Avec la cup, aucun stress de devoir trouver des toilettes toutes les deux heures en sortie, pas de réserve à avoir à la maison ou dans son  sac, pas de stress à trouver une poubelle à portée de main chez des amis… ».

La coupe menstruelle est vendue avec un petit sac pour la ranger entre deux cycles. C’est économique et écologique ! 

« Marre des produits imbibés de produits chimiques au plus près de mon intimité »

 Les tampons classiques contiennent différentes substances chimiques : aluminium, alcool, dioxine, chlore…  Pour n'en citer que quelques uns.

La paroi vaginale étant extrêmement absorbante, ces produits sont stockés  dans l’organisme ce qui peut entraîner avec le temps problèmes hormonaux, baisse de fertilité…

Une femme  utilisera entre 10 000 et 15 000 protections périodiques dans sa vie.

Autant de déchets non biodégradables qui  mettront plusieurs centaines d’années à se dégrader.

Les coupes menstruelles sont en silicone médical et respectent la flore vaginale.

Jennifer se sentait mal à l’aise d’utiliser des produits « imbibés de produits  chimiques au plus près de son intimité ».

Quant à Céline son expérience a été satisfaisante « avant, que ce soit avec des tampons ou serviettes, j’avais systématiquement des mycoses, depuis c’est fini. Pour moi, ça montre bien les cochonneries qu’il y a dans les protections classiques ».

« Une fois qu’on a pris le coup de main, c’est très rapide »

Pour insérer la coupe menstruelle, on la plie entre ses doigts. L’effet ventouse peut d’abord surprendre mais on s’y habitue assez vite même si les premiers essais peuvent être rocambolesques.

« C’est vrai que les premières fois, c’était assez épique, reconnait Céline, mais une fois qu’on a pris le coup de main, c’est très rapide. »

Même chose pour Jennifer pour qui la taille de la coupe menstruelle a paru assez impressionnante au premier abord : « La première fois où j’ai eu l’engin entre les mains je me suis dit que je n’arriverai jamais à l’utiliser…Fausse idée ! Au final lorsqu’on la plie, elle n’est pas plus grosse qu’un tampon et plus facile à retirer qu’un tampon en début ou en fin de règles avec la sensation de sécheresse".

Au final, beaucoup d’utilisatrices rappellent que les premiers essais avec une coupe menstruelle leur a pris le même temps d’adaptation que lorsqu’elles ont utilisé un tampon pour la première fois.

« J’emporte toujours une petite bouteille d’eau dans mon sac pour la rincer »

Pour Anne toujours, le gros frein était la crainte « de jouer à Dexter dans les toilettes du bureau avec du sang partout » et surtout le fait de ne pas avoir de lavabo dans les toilettes.

«Je me voyais mal sortir des toilettes avec ma coupe à la main et une file d’attente de filles devant la porte. Finalement j’ai toujours une petite bouteille d’eau dans mon sac pour rincer la coupe menstruelle au dessus de la cuvette, et le soir je la lave à l’eau et au gel intime ».

Jennifer elle, préfère le confort de la salle de bain « Pour ma part je préfère vider ma cup sous la douche, un pied sur le rebord de la baignoire, et hop c'est parti pour 12h de tranquillité! ».

« Je fais du sport régulièrement et je ne suis pas gênée »

« J’utilise une coupe menstruelle depuis quatre ans et pour rien au monde je ne reviendrais aux protections classiques. Je fais de la natation et de la course à pied régulièrement et je ne la sens pas plus qu’un tampon ».

D’autres parfois au contraire sont gênées par la longueur de la tige selon si la coupe menstruelle est placée de façon plus ou moins basse.

« Au bout de quelques essais et de divers témoignages j’ai compris qu’il fallait bien l’insérer autour du col de l’utérus pour éviter les fuites et ne pas laisser dépasser la tige pour éviter la sensation de gêne".

Certaines n’ont pas hésité à couper une partie de la tige pour plus de confort.

En résumé :

Jennifer : « Un seul mot: Liberté ! Douze heures de protection sans fuite, sans ficelle qui dépasse, sans rien qui colle aux fesses, sans odeur, sans déchets, sans produit chimique! ».

Céline : « J'ai l'impression de revivre : finie la peur de l'oubli du changement de tampon toutes les quatre heures ou les mauvaises odeurs des serviettes hygiéniques collantes, place à la tranquillité sans fuites pendant douze heures : le temps de la nuit et de la journée de travail ! Vive la liberté : physique, financière et écologique ! Bref , une véritable révolution , je la conseille fortement car je suis conquise à 100% ! »

 

Alors le passage à la coupe menstruelle, cup ou pas cup ?

 

La lunacopine

Green et Bohème a choisi la coupe menstruelle Lunacopine qui est en silicone médical, elle ne modifie pas la flore vaginale.

La lunacopine est simple d’utilisation. Souple, elle est insérée dans le vagin et se plaque sur les parois vaginales pour recueillir les règles.

Pour l’entretien de sa coupe menstruelle, il est conseillé de la laver à l’eau durant la journée, et à l’eau et au savon en fin de journée. Entre deux cycles, la plonger dans de l’eau bouillante.

Comment choisir la taille de la lunacopine ?

Dimensions lunacopine taille 1 :                          
son diamètre est de 41 mm, sa hauteur est de 47 mm, sa contenance est de 25 ml,la longueur de la tige est 25 mm.

cup 1

Dimensions lunacopine taille 2 :
son diamètre est de 46 mm, sa hauteur de 52 mm, sa contenance est de 30 ml, sa tige mesure 20 mm de long

cup 2

* dans ce cas précis, c'est l'élasticité de votre vagin qui déterminera la taille :

- vagin très tonique ou avec une bonne élasticité => taille 1
- vagin avec une élasticité moyenne ou très distendu => taille 2

(Sources : Lunacopine)

J'espère que cet article vous aidera à passer le cap car l'essayer, c'est l'adopter !

Vous pouvez même choisir votre couleur :)

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez sûrement Syndrome menstruel et naturopathie

Crédit photo : Lunacopine

Envie de laisser un commentaire ?

*
**Non publié
*URL du site internet http://
*